Mon Jura

Le Jura vu par un Jurassien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Fonderie de cloches-Obertino - Labergement Ste Marie (25)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loup Blanc
Administrateur


Masculin Lion
Messages : 924
Age : 70
Lieu : Saint-Claude (Jura)
Inscription : 31/05/2006

MessageSujet: La Fonderie de cloches-Obertino - Labergement Ste Marie (25)   Jeu 27 Juil 2006 - 11:23

Bonjour,

Dans le Haut-Doubs, entre les lacs de Remoray et de St-Point que traverse le Doubs naissant, se situe un petit village, Labergement Ste Marie.



Nous avons rendez-vous à:





Au bord de la route, un bâtiment hexagonal attire l'attention.



Nous sommes arrivés.





C'est dans la première partie du XIX ème siècle, sans doute vers 1834, que Charles Obertino dont la famille de fondeurs est originaire de la ville de Sparone en Italie, s'installe à Labergement Ste Marie pour y édifier une fonderie de "clarines"





Tout d'abord, sachons bien de quoi nous allons parler. Parmi les cloches utilisées pour les bovins il y a deux catégories principales:

- les toupins, ou sonnailles, ce sont des cloches en acier forgé et riveté; elles sont au deuxième plan sur la photo.
- les clarines, ou clochettes sont réalisées en bronze (au premier plan sur la photo), elles sont fondues dans des moules.

La Maison Obertino ayant abandonné la fabrication des sonnailles, nous allons nous intéresser aux clochettes.

La première opération est la fabrication du moule, unique pour chaque cloche, puisqu'il est détruit après le démoulage. Les artisans utilisent un châssis métallique rond en deux parties.
Un modèle en bronze ou en aluminium est placé dans une moitié du châssis. Du sable silico-argileux est tassé, serré autour du modèle et de la boucle du collier. Cette opération importante conditionne la peau des clarines.


On retourne cet ensemble. La seconde partie du châssis est fixée sur la première, puis le sable est tassé à l'intérieur de la cloche où l'on a placé l'anneau porte battant.
Il faut alors creuser l'entonnoir de coulée et percer dans le sable les jets de coulée et des évents pour évacuer l'air chassé par le bronze en fusion.


Le moule est ouvert, par séparation des deux moitiés du châssis. Le modèle métallique est retiré. Il reste un moulage creux correspondant à l'extérieur de la future cloche et un moulage en relief correspondant à l'intérieur de celle-ci.


Une rangée de moules ouverts.


Les décors, les noms, la signature de la fonderie sont imprimés dans le sable de la partie creuse avec délicatesse et précision.


Application des inscriptions à l'intérieur du moule.
Au premier plan les outils portant les lettres.


Le moule est refermé par fixation solide des deux morceaux du châssis.
Le sable a eu le temps de sécher à l'air.


Il reste à l'intérieur du moule, entre les deux surfaces de sable, un vide, une empreinte correspondant à la place du modèle retiré. C'est là que va pénétrer l'alliage liquide en fusion pour former une nouvelle clarine.


Dans un creuset en graphite, dans un four chauffé à 1300°C,


On prépare le bronze (alliage de cuivre et d'étain - 18 à 22% d'étain).


Les impuretés remontant à la surface du métal en fusion, sont retirées à l'aide d'une grande louche.






Les moules sont en attente, on va y fixer l'entonnoir de coulée.


Le grand moment est arrivé, on extrait le creuset du four.


La température de l'alliage est de 1300°C, toutes les précautions doivent être prises pour la manutention.
C'est grâce à un brancard (sorte d'anneau muni de deux longs manches) que deux personnes peuvent saisir le creuset et verser le métal en fusion dans les entonnoirs des moules alignés.








Et puis la coulée achevée, il ne reste plus qu'à laisser refroidir.


Après plusieurs minutes, les châssis sont ouverts, les moules cassés, le sable recueilli pour être utilisé à nouveau, et les cloches apparaissent brutes de fonderie.



Il ne reste plus qu'à exécuter les opérations de finition.
Le fondeur teste la résonance des cloches, puis celles-ci sont brossées, meulées et polies au tour. L'artisan enlève de la matière sur certaines parties de la clarine afin de leur donner de la brillance.



Pour donner de la voix à la clochette, Il faut fixer le battant en laiton


Et pour les cloches dites d'appel, sur lesquelles sera fixée une chaînette en acier à tirer pour s'annoncer, il reste à réaliser le forgeage du support à partir d'un fer plat.




Acheter, c'est ce que vous pouvez faire dans le bâtiment hexagonal, au bord de la route.





Merci à nos hôtes qui malgré une grosse affluence nous ont permis de réaliser ces images.






Les visites guidées ont lieu en juillet et août seulement, le vendredi à 16 heures 30. (Visite gratuite, durée 20 minutes environ.)




René JV - le 26 Juillet 2006
Photos noir et blanc - © Collection Obertino
Photos couleurs - © René JV - 26 juillet 2006
Vidéos - © Rémy JV - 26 juillet 2006
: Les trois cloches © Zazapat et son harmonica

Certains visiteurs de ce site m'ayant contacté personnellement pour une commande de cloches, je vous saurai gré de vous adresser dans ce cas, directement à l'adresse du fondeur:

Fonderie Obertino
15 Rue de Mouthe
25160 Labergement - Sainte Marie
Tél 03 81 69 30 72 - Fax 03 81 69 71 51
e-mail: cloches.obertino.c@oranfge.fr





Pour me faire part de vos observations, envoyez-moi un courriel à l’adresse ci-dessous

contact@lataniere39.com

sm9

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monjura.actifforum.com
 
La Fonderie de cloches-Obertino - Labergement Ste Marie (25)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guêtres, cloches, protections...
» impatiens goutte de sang ou Marie-Louise [Terminé]
» ligulaires othello et britt marie crawford
» [adopté] JUNIOR X BORDER 4ANS MALE SPA DE SAINTE MARIE DE REDON 35
» (marie) présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon Jura :: A la découverte du Massif :: De l'Artisanat Jurassien à la petite industrie.-
Sauter vers: