Mon Jura

Le Jura vu par un Jurassien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 La Fabrication d'une Pipe de Saint-Claude (39)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loup Blanc
Administrateur


Masculin Lion
Messages: 920
Age: 67
Lieu: Saint-Claude (Jura)
Inscription: 31/05/2006

MessageSujet: La Fabrication d'une Pipe de Saint-Claude (39)   Jeu 15 Juin 2006 - 10:05

Bonjour,

Saint-Claude est une petite ville Haut-Jurassienne mondialement connue pour ses Pipes.
Personne n'ignore cet instrument utilisé par le fumeur sage et réfléchi, qui recherche dans les volutes bleues de son foyer, le calme et la sérénité, l'inspiration et la méditation ou mieux encore, la connaissance de lui même. Un vrai fumeur de pipe est par nature un épicurien; alors:

"Carpe Diem"

Mais fumeur de pipe ou non, connaissez vous l'histoire de la naissance d'une pipe de bruyère,
dans son berceau San-Claudien?


La Naissance d'une Pipe en Bruyère

Tout commence donc par la Bruyère car son bois brûle très difficilement..



"Erica arborea" ou bruyère arborescente dont les buissons peuvent atteindre six à huit mètres de haut, pousse partout sur le pourtour du Basin Méditerranéen.



On la rencontre dans le sud de la France et en Corse, mais aussi en Italie, en Espagne et dans les pays du Maghreb.



C'est avec les racines, ou plus exactement avec un bulbe appelé "broussin" situé entre les racines et le tronc, que l'on va commencer à fabriquer des "ébauchons".



C'est généralement sur place après extraction de la racine, que l'on procède à cette première opération.
Pour que le broussin atteigne une belle taille, il faut attendre une quarantaine d'années.
Pour le récupérer, il faut d'abord repérer une belle bruyère, couper le tronc, la déraciner. Il faut aussi veiller à ce que le broussin reste humide jusqu'à l'arrivée chez le coupeur, on ne se contente donc pas du pied, mais aussi de la terre qui l'entoure.
Arrivés chez le coupeur, ces morceaux sont entassés dans un endroit humide : s'ils venaient à sécher, il se fendraient, et n'auraient dès lors plus aucun intérêt. On les arrose donc tous les jours.
Découper la bruyère est comme tailler un diamant. Car on ne découpe pas le broussin n'importe comment : il faut tenir compte de ce qu'il peut donner - et de ce que le pipier demande.

Coupage du broussin...



Façonnage des ébauchons...



On laisse tremper les ébauchons dans de l'eau bouillante pendant douze heures. Ils vont ainsi évacuer tous les jus, tanins, etc... dont il faut les débarrasser. On les relègue encore une fois dans un endroit humide. Ils vont, dans les trois semaines, se couvrir d'une légère couche de moisissure. Et le coupeur, comme le fromager, va les retourner régulièrement pendant six à huit mois.
Pendant ce processus de séchage, très lent, les ébauchons vont perdre du poids : un tiers ou plus. Certains ne tiendront pas la route, ils se fendront malgré tout. Comme rien ne doit se perdre, on les met de côté pour alimenter le feu qui fera chauffer l'eau où seront trempés les nouveaux arrivants.

Le sèchoir à ébauchons:



Les ébauchons subissent un dernier examen:



la plupart seront envoyés aux grandes maisons pipières, pour la production en série,



et les plus beaux d'entre eux, environ dix pour cent, seront livrés aux Maîtres-Pipiers ou, ceux-ci viendront les choisir sur place pour leurs fabrications de prestige.






La matière première est maintenant arrivée à Saint-Claude.



Je vous invite à descendre la fameuse rue de la Poyat...



et à m'accompagner dans l'atelier des:
Pipes Genod
pour assister à la fabrication d'un objet unique.
Aucune pipe n'est exactement la même, celle que vous aurez choisie sera la vôtre.



Je voudrais d'abord saluer Jacques (Jacky) Craen qui fût le gérant de cette entreprise depuis 1970, après y avoir fait son apprentissage.



Aujourd'hui, nous avons rendez-vous avec son successeur
M. Sébastien Beaud
qui va nous faire une démonstration de son art.
Entrons dans son atelier.



Tout d'abord, un petit contrôle, les ébauchons que nous avions vu en cours d'expédition,
sont bien arrivés à Saint-Claude, il ne reste plus qu'à les transformer.



Pour que nous parlions tous la même langue, voici un petit dessin détaillant les différentes parties de la pipe.




Le Calibrage

Cette première opération permet d'ajuster la quantité exacte de matière nécessaire à l'obtention du modèle de pipe choisi. Elle est exécutée par sciage de l'ébauchon



L'Ebauchage

Le tournage du foyer ou ébauchage est la première opération où l'on voit surgir de la bruyère la pipe que l'on attend.









Le Varlopage

Le varlopage consiste à tourner la tige de la future pipe.





Une fraise à varloper






Le Fraisage

Le fraisage termine l'ébauchage de la partie inférieure du foyer.






Le Perçage

Il faut désormais percer la pipe de façon à permettre le passage ultérieur de la fumée. Cette opération est réalisée en deux passes, le pointage qui permet de centrer le trou et le perçage proprement dit qui traverse la tige de part en part et débouche dans le foyer.












Le Râpage

Pour enlever les petits coins de l'ébauchon qui subsistent encore, il faut les râper. Autrefois, cette opération se faisait manuellement à l'aide d'une râpe à bois, elle est aujourd'hui mécanisée.

La râpe









Les grosses opérations riches en copeaux sont maintenant terminées. Notre pipe est prête pour les opérations de finition.




Le Polissage

Nous abordons maintenant l'opération la plus noble de la fabrication, le polissage.
Généralement éxécutée par des ouvrières très qualifiées cette passe est critique lors de l'élaboration du produit, si tout se passe bien, la pipe sera noble et de belle naissance, un coup malheureux sur la toile émeri et la pipe sera déclassée.
La pipe est polie sur de la toile émeri (grain 150); on va éliminer toutes les traces laissées par les usinages précédents et obtenir un objet doux, aux formes parfaites et si agréable au toucher.



Les différents tampons à polir











Polissage du dessus du foyer





Polissage, notez l'examen de la surface de la pipe par les doigts à la recherche d'une imperfection dans la forme...





Polissage final au rouleau à polir...





Il ne reste plus qu'à donner à la pipe sa couleur souhaitée, puis à la vernir, mat ou incolore pour fixer la couleur; un dernier petit coup de rouleau pour la faire resplendir, et notre pipe est prête à recevoir le baptème du feu.











Ouvrières pipières à la fin du XIX ème siècle





De tout temps, en tout lieu les grands de ce monde ( réels ou virtuels), fument ou ont fumé la pipe de Saint-Claude, la noble pipe de bruyère.

De Van Gogh à Cézanne...



De Georges Brassens

à Sherlock Holmes


A Suivre...


sm9

_________________


Dernière édition par Loup Blanc le Lun 27 Avr 2009 - 15:26, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monjura.actifforum.com
Loup Blanc
Administrateur


Masculin Lion
Messages: 920
Age: 67
Lieu: Saint-Claude (Jura)
Inscription: 31/05/2006

MessageSujet: Re: La Fabrication d'une Pipe de Saint-Claude (39)   Ven 23 Juin 2006 - 16:37




La Confrérie des Maîtres-Pipiers

C'est pour perpétuer ces traditions que fût créée en 1966, à l’instigation du Président Edgar FAURE,
qui fût d’ailleurs élu Premier Fumeur de Pipe de l’année,
la Confrérie des Maîtres-Pipiers de Saint-Claude.

Riche de plus de mille membres dont je suis fier de faire partie, la Confrérie intronise au cours de riches "chapitres" des personnes d'horizons les plus divers, soit professionnels: importateurs, grossistes, détaillants spécialisés, soit connus pour leur amour de la pipe: journalistes, acteurs de cinéma et de théâtre, corps médical, personnalités du sport, de l’administration, etc.
Ils viennent des pays européens voisins, comme de l’Amérique, du Japon, etc.
Les femmes, bien que peu nombreuses à ce jour, sont admises à être intronisées.

Lors d'un chapitre d'intronisation, les impétrants frappent à la porte de la Confrérie,
introduit un à un devant l'illustre cour pipière, ils devront faire la preuve de leur savoir faire pour
"culotter", "bourrer", allumer et fumer une pipe de bruyère à l'aube de sa vie.
J'ai juré lors de mon intronisation de garder le secret de la cérémonie, je serai fidèle à mon serment.



Un petit clin d'oeil à celui qui n'était pas encore le Loup Blanc



Les Premiers Fumeurs de Pipe de France

Chaque année depuis sa création ,la Confrérie intronise, au cours d'un chapitre spécial, celui qui va devenir l'ambassadeur de la Pipe de Bruyère de Saint-Claude :

1966 : Edgar FAURE †
1967 : Pierre SABBAGH †
1968 : Jean RICHARD †
1969 : Louis LEPRINCE-RINGUET †
1970 : Jean-Pierre CHABROL †
1971 : Jacques FAIZANT †
1972 : Pierre DUMAYET †
1973 : Robert SABATIER
1974 : Jacques FABBRI †
1975 : Guy BEART
1976 : Roger ROCHER †
1977 : Bernard BLIER †
1978 : Pierre-Jakez HELIAS †
1979 : Achille ZAVATTA †
1980 : Henri VERNEUIL †
1981 : Jean POIRET †
1982 : Louis PAUWELS †
1983 : Jean DUTOURD
1984 : Michel MALINOVSKY
1985 : Bertrand BLIER
1986 : Robert LAMOUREUX
1987 : Michel DRUCKER
1988 : Claude CHABROL
1989 : Jack DIEVAL
1990 : Francis PERRIN
1991 : Pierre MIQUEL †
1992 : Gérard D’ABOVILLE
1993 : Nino FERRER †
1994 : Michel FIELD
1995 : Roland GIRAUD
1996 : Jean-Louis FOULQUIER
1997 : Jacques AUDIARD
1998 : Michel LIS
1999 : Dominique STRAUSS-KAHN
2000 : Claude VILLERS
2001 : Raymond FORNI
2002 : Jean-Claude MALGOIRE
2003 : Pressenti, David DOUILLET n'a pu se libérer pour la cérémonie qui fût annulée
2004 : Pas de premier fumeur
2005 : Jean-Louis BRUGUIERE
2006 : André SANTINI
2007 : Patrick VUITTON

Et comme tout finit par une chanson, je vous invite à écouter "La marche de la Confrérie des Maîtres-Pipiers de Saint-Claude





Je tiens à remercier bien vivement Messieurs Jacky Craen et Sébastien Beaud qui m'ont grandement facilité l'accès à leur atelier et m'ont fait bénéficier d'une démonstration privée.

Merci également aux Maisons Butz-Choquin et Chacom auxquelles j'ai emprunté quelques images de leur catalogue, et merci enfin à la Confrérie pour l'usage des images leur appartenant.


GENOD - VIOU - Maître-Pipier
Visite des ateliers
13, Faubourg Marcel
39200 Saint-Claude
du lundi au vendredi de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 18h00
et le samedi en juin, juillet et août.
Tél: 03 84 45 00 47 - Fax 03 84 41 07 87
e-mail: genodviou@orange.fr

la production est vendue sur place.

Pour tout renseignement supplémentaire, vous pouvez contactez le site:

http://www.amagalerie.com/paul.viou/index.php?action=acceuil






René JV pour monjura.actifforum.com, le 22 juin 2006
Photos: © René JV - 22 juin 2006
Vidéos: © Rémy JV - 22 juin 2006


Pour me faire part de vos observations, envoyez-moi un courriel à l’adresse ci-dessous

contact@lataniere39.com

sm9

_________________


Dernière édition par le Lun 28 Aoû 2006 - 17:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monjura.actifforum.com
 

La Fabrication d'une Pipe de Saint-Claude (39)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fabrication de pierres
» Fabrication d'obstacles d'agility
» marie-claude Paume
» Claude vend son randocar
» Cathédrale Saint-Jean de Perpignan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon Jura :: A la découverte du Massif :: De l'Artisanat Jurassien à la petite industrie.-